Tous les articles par biblio

REMISE DES PRIX CBPT 2015

Helène Gestern

Le 6 mai, l’Union nationale Culture et Bibliothèques pour tous a procédé à la remise des prix littéraires de l’année 2015.
Le Prix CBPT a été attribué à Hélène Gestern (photo ci-dessus) pour Portrait d’après blessure (éditions Arléa).
Le Prix Livrentête a été attribué,  pour les 2 catégories d’ouvrages auxquelles la Bibliothèque  d’Antony participe, à  :
– J. BÉZIAT,  Le Mange-doudous (Ed. Pastel/L’École des loisirs) pour la catégorie « Livres d’images » (4-7 ans)
– K. FULL,  Bonjour l’ami (Ed. Picquier Jeunesse) pour la catégorie « Premières lectures » (7-9 ans).

 

Plus haut que la mer

plus haut que la mer

Les passagers d’un bateau accostent sur une île transformée en quartier de haute sécurité. Le fils de Paolo, professeur de philosophie, y détenu pour assassinat politique – il était d’ailleurs membre des Brigades rouges. Le mari de Luisa, une paysanne mère de cinq enfants, a assassiné son compagnon de beuverie puis le gardien d’une autre prison.

A l’issue de la visite, tous deux sont bloqués  sur l’île à cause de la tempête. Durant cet isolement d’une nuit sous la surveillance de Pierfrancesco, l’un des gardiens lui aussi enfermé dans sa douleur, le destin de ces trois personnages va changer de cours. Comment comprendre ce fils, tueur froid et implacable ? Comment vivre au village lorsqu’on est la femme de l’assassin ? Comment dire à son épouse que la colère a transformé en tortionnaire celui qui est chargé de faire appliquer la loi ? De leurs larmes libératrices, de leur douleur enfin mise en mots naîtra une belle complicité, une superbe histoire d’amour, et peut-être un nouveau départ dans la vie.
Un court roman qui nous plonge dans l’Italie des années soixante-dix, celle des « années de plomb ». De ce drame collectif, Francesca Melandri a tiré un récit dense et incisif, d’une écriture élégante.

 Née à Rome en 1964, Francesca Melandri est scénariste de cinéma et télévision et réalisatrice. Eva dort, son premier roman, a obtenu de nombreux prix. Elle est la sœur de Giovanna Melandri, ministre de la Jeunesse et du Sport dans le seconde gouvernement de Romano Prodi.

Amours

amours,L de Recondo

 

Nous sommes au 19e siècle, dans une maison bourgeoise de province. Victoire est la femme du notaire d’un bourg cossu du Cher, Anselme de Boisvaillant. Son mari l’indiffère, elle s’ennuie et rêve d’avoir un enfant pour occuper ses journées. Aussi lorsque Céleste, la petite bonne, se trouve enceinte, le couple prend une décision : il sera leur enfant. Ainsi les convenances seront sauvegardées.
Mais Victoire, contrairement à Céleste, n’a pas la fibre maternelle. Surtout, Victoire n’est pas Emma Bovary, et ce qui aurait dû être un secret de famille entre gens ordinaires dérape lorsque survient la passion amoureuse la plus inattendue. La violence des sentiments fera voler en éclat les barrières sociales et les certitudes d’une époque corsetée autant physiquement que moralement.
Léonor de Récondo réussit à merveille, par son style ciselé et musical, à décrire la tension et la passion de ce huis-clos familial. Un récit d’une intimité troublante et un petit bijou d’écriture.

Agée d’à peine 40 ans, Leonor de Récondo a derrière elle une longue carrière de violoniste, instrument qu’elle pratique depuis l’âge de 5 ans. Violon solo de l’orchestre symphonique de Boston alors qu’elle n’était encore qu’étudiante, elle fonde à son retour en France le quatuor à cordes Arezzo puis se spécialise dans la musique baroque, enregistrant de nombreux disques. Amours, son 4e roman, a obtenu le grand prix RTL-Lire et le prix des libraires.

Americanah

Americanah

Ifemelu et Obinze se sont connus sur les bancs du lycée de Lagos (Nigeria) et aimés dès le premier regard. De familles aisées, ils projettent de poursuivre leurs études aux Etats-Unis. Ifemelu part pour Philadelphie où elle se trouve confrontée à de nombreuses difficultés auxquelles elle n’était  pas préparée, en particulier au racisme de la société américaine. Après avoir traversé bien des épreuves, Ifemelu décide de créer un blog pour briser le silence et faire comprendre ce que signifie être Noir(e) dans l’Amérique qui s’apprête à élire Barack Obama.
Après 15 ans d’exil, elle décide de rentrer au pays et de retrouver son amour de jeunesse. Elle est désormais une « Americanah », comme disent les Nigerians de ceux qui reviennent au pays après avoir émigré en Amérique.

 Americanah est à la fois une belle histoire d’amour, une dénonciation des contradictions de l’Amérique d’aujourd’hui et une vision sans concession de l’Afrique.
Chimamanda Adichie nous rappelle de façon magistrale que c’est dans le regard des autres que se construit notre identité. Comment vivre lorsque l’on passe d’un pays où être métis est un privilège à un pays où être métis, et à fortiori être noir, est un handicap ? L’auteur porte un regard neuf, acéré et ironique, non seulement sur les relations entre Blancs et Noirs mais aussi sur celles des Noirs entre eux. Ainsi, même lorsqu’il vient d’un milieu aisé comme Ifemelu, un émigrant Africain se trouve coincé entre les Blancs d’une part, et les Afro-Américains  – nés sur le sol américain – d’autre part. Ce qui donne lieu à des situations auxquelles l’auteur nous invite à rire plutôt que d’en pleurer.

Cette très belle œuvre romanesque, à la construction classique et à l’écriture fluide, est le 3e roman d’une jeune Nigeriane de 37 ans. Ses deux premiers romans, L’Hibiscius pourpre et L’ Autre moitié du soleil, ont reçu plusieurs prix littéraires aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Chacun de ses romans a été traduit dans une trentaine de langues.

Danser les ombres

Danser les ombres

 

On ne présente plus Laurent Gaudé, bien connu du public depuis qu’il a obtenu en 2002 le Goncourt des Lycéens pour La mort du roi Tsongor, puis en 2004 le Goncourt et le prix Jean Giono pour Le Soleil des Scorta.

Nous sommes à Haïti, le 12 janvier 2010. Dans Danser le ombres,  Laurent Gaudé nous parle du tremblement de terre de magnitude 7 qui a frappé durement ce pays, et de ses conséquences – réelles et imaginaires. Avant cette date fatidique, il nous fait voir Port au Prince avec sa multitude colorée, son tumulte de voix parmi lesquelles celles des prostituées qui attirent le chaland en leur proposant de jouer à frotte frotte avec elles, et ses quartiers aux noms étonnants : Jalousie, Cité soleil, Petion ville… Il nous dépeint Haïti qui, dit-il, n’a rien à offrir qu’un peu d’eau et l’hospitalité d’une chaise. Mais quelle hospitalité !
Laurent Gaudé réunit ses héros, dont le point commun est d’avoir lutté contre les gouvernements corrompus, dans un ancien bordel nommé « fessou » – lieu de joie, de mixité sociale et de formation politique. Il y a là Prophète Coicou, le propriétaire des lieux, Tess et « Pabava », qui se sont opposés aux Duvallier père et fils, Saul et Lucine qui se sont connus en luttant contre « Aristide », et puis « Matrak », l’anti-héros dont on devine sans peine la fonction. Et bien d’autres personnages, héros ordinaires pour lesquels l’amitié et le bonheur semblent enfin possible.
Jusqu’à ce que la terre s’ouvre et laisse sortir ses morts, qui errent dans la ville sinistrée et s’accrochent aux vivants. A travers cette métaphore du deuil, c’est un hymne à la joie, une ode au courage, à l’instinct de survie et à la fraternité que nous offre Laurent Gaudé. Avec ses phrases courtes, ses images poétiques et son lyrisme, il nous emporte dans l’épique danse des ombres qui réunit les vivants et les morts, jusqu’à ce que ses derniers reprennent enfin leur place.

Prix 2015 des médiathèques d’Antony

Le samedi 11 avril,  les Antoniens sont venus nombreux à la médiathèque Anne Fontaine pour débattre des ouvrages en lice pour le prix 2015 des médiathèques d’Antony.
Le vote aura lieu tout au long du mois de mai dans les médiathèques  et à la Bibliothèque pour Tous. Les résultats seront annoncés le samedi 6 juin à la Bibliothèque Anne Fontaine.

Sélection 2015
Côté blanc, choisissez un roman
Haruki MURAKAMI – L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage (Ed. Belfond).
Benjamin WOOD – Le complexe d’Eden Bellwether (Ed. Zulma)
Edouard LOUIS – En finir avec Eddy Bellegueule (Ed. du Seuil).
Minh TRAN HUY – Voyageur malgré lui (Ed. Flammarion).
Etgar KERET – Sept années de bonheur (Ed. de l’Olivier).
Nell LEYSHON – La couleur du lait (Ed. Phébus).
Joseph BOYDEN – Dans le grand cercle du monde (Ed. Albin Michel).
Selva ALMADA – Après l’orage (Ed. Métailié).

Côté noir, choisissez un polar
Dan SMITH – Le village (Ed. du Cherche Midi).
R.J. ELLORY – Les neuf cercles (Ed. Sonatine).
Hervé LE CORRE – Après la guerre (Ed. Rivages).
Qiu XIAOLONG – Dragon bleu, tigre blanc (Ed. Liana Levi).
Monika FAGERHOLM – Lola à l’envers (Ed. Mercure noir).

La bibliothèque développe un secteur Ados

A côté des ouvrages pour la jeunesse et des ouvrages pour adultes, bien connus de nos lecteurs, la Bibliothèque Pour Tous possède désormais un rayon de livres pour adolescents. Il a été constitué grâce au stock d’ouvrages provenant du bibliobus municipal et il sera régulièrement enrichi et mis à jour. N’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions d’achats et de vos coups de cœur.

Mars 2015

ROMANS

ADICHIE Chimamanda ngozi – Americanah

BLONDEL Jean-Philippe – Un hiver à Paris

BRINK André – Une saison blanche et sèche

BRYCE- ECHENIQUE Alfredo – Une infinie tristesse

CORTANZE Gérard de – Les amants de Coyoacàn

GAUDE Laurent – Danser les ombres

LESBRE Michèle – Chemins

LEVY Marc – Elle & lui

MELANDRI Francesca – Plus haut que la mer

RECONDO Léonor de – Amours

TOBAR Héctor – Les 33, La fureur de survivre

ROMANS POLICIERS

BRONNEC Thomas – Les initiés

COLLETTE Sandrine – Six fourmis blanches

COOK Thomas H. – Le dernier message de Sandrine Madison

INDRIDASON Arnaldur  – Les nuits de Reykjavik

VARGAS Fred – Temps glaçiaires

BIOGRAPHIES, DOCUMENTS

AUBENAS Florence – En France

FERNEY Frédéric – « Tu seras un raté, mon fils ! » Churchill et son père

NIACHANIAN Mikaël – Détruire les arméniens, histoire d’un génocide

TESSON Sylvain – Bérézina

La saga des Vilmorins

Saga Vilmorin bis

Les semences Vilmorin sont tout aussi connues des jardiniers et des maraîchers que l’écrivaine Louise de Vilmorin l’est du milieu littéraire.
Mais on connaît moins les six générations de Vilmorin qui se sont relayées sans interruption depuis le règne de Louis XV jusqu’en 1975 pour perfectionner la sélection des graines destinées à l’agriculture et à l’ornement des jardins. Depuis Philippe-Victoire, le premier des Vilmorin à étudier la médecine et la botanique, jusqu’à Jean-Baptiste, directeur de la Société nationale de la protection de la nature, voici une surprenante saga familiale qui embrasse plus de deux siècles d’Histoire de France.

Publié à l’occasion du bi-centenaire de l’installation des Vilmorin à Verrières-le-Buisson, voici un petit livre truffé d’anecdotes surprenantes qui nous en apprend beaucoup sur l’histoire des sciences naturelles, notamment à l’époque de Buffon, Jussieu, et de tant d’autres « naturalistes voyageurs ». Dans une synthèse remarquable agrémentée d’extraits d’archives, l’auteur met l’accent sur l’histoire de l’entreprise Vilmorin et montre les enjeux sociaux liés aux recherches sur l’acclimatation et la sélection des espèces. Un ouvrage passionnant qui se lit comme un roman.

La femme qui en savait vraiment trop

femme qui en savait trop

C’est sa propre histoire que Stéphanie Gibaud nous livre ici.

Employée par la banque UBS pour organiser des événements à destination des clients, anciens et futurs, elle reçoit un jour de sa hiérarchie l’ordre d’effacer de son ordinateur le listing des clients et de leurs chargés d’affaire. Nous sommes en 2008. Elle refuse. Commence alors un harcèlement qui va durer deux ans et qui a pour but d’éviter que le système d’évasion fiscale vers la Suisse mis en place par la banque ne soit découvert.

L’intérêt de ce témoignage est double : d’une part il décrit le harcèlement au travail, d’autre part il met à jour les mécanismes de l’évasion fiscale. « L’évasion fiscale pour les nuls » aurait pu être le titre de ce livre facile à lire et instructif, redevenu d’une actualité brûlante à l’heure où sont révélées les pratiques illégales d’une autre banque suisse.