Tous les articles par biblio

ET RIEN D’AUTRE

JAMES  SALTER

images

Merveilleux roman sur la vie d’un homme, de sa jeunesse jusqu’à l’approche de sa vieillesse.

Philip Bowman rentre aux Etats Unis à la fin de la dernière guerre mondiale pendant laquelle, marin, il a participé aux batailles contre le Japon. Son goût pour l’écriture et les hasards de la vie vont lui faire rencontrer un éditeur chez lequel il va travailler et faire une carrière brillante. Le monde de la littérature est peint par petites touches et sert de toile de fond à ce qui fera l’essentiel des préoccupations de cet homme : la recherche de l’amour sensuel et affectif. On comprend que l’auteur ait choisi de parler des temps de la vie qui va du début des émois sexuels jusqu’au temps de leur apaisement.

Regards nostalgiques sur la littérature et son devenir, regards nostalgiques sur sa vie amoureuse, ce roman merveilleusement écrit et traduit par Marc Amfreville, vous prend de la première ligne jusqu’à la dernière.

L’incolore Tsukuri Tazaki et ses années de pelerinage

Haruki  MURAKAMI

images

S’éloignant du monde fantastique de la trilogie 1Q84, Haruki MURAKAMI nous offre un roman plus réaliste, à l’intrigue épurée.
Tsukuru appartient à un groupe d’amis intimes, 5 adolescents inséparables depuis le lycée. Rejeté du jour au lendemain, sans explication, il en ressent une profonde blessure qui laissera des traces indélébiles. Il se sent « incolore », vide. Des années plus tard, une amie, Sara, le pousse à partir à la recherche de ses anciens amis pour essayer de comprendre.
Un roman tout en finesse et en nuances où l’on retrouve l’atmosphère et les thèmes chers à Murakami : l’introspection, la solitude, l’amitié, l’amour, le sens de la vie, la mort, un mélange entre rêves et réalité, beaucoup de symboles et de métaphores, un style limpide…
Un très agréable moment de lecture.

UNE DERNIERE DANSE

VICTORIA   HISLOP

Dernière danse

Victoria Hislop qui avait conquis ses lecteurs en les entraînant à la découverte de « L’Ile des oubliés » en Crète, met ici l’accent sur la guerre civile espagnole à travers une saga familiale et historique.

Lorsque Sonia, une jeune anglaise, vient avec une amie à Grenade pour suivre des cours de danse, elle est loin de se douter qu’une vieille photographie va lui révéler les origines de sa propre famille et bouleverser sa vie. Elle ignore tout du passé de la ville et c’est une conversation au café El Barril qui va la plonger dans la tragique histoire de la cité et de la famille qui tenait les lieux. Nous suivons les destins des trois frères Ramirez et de leur sœur Mercedes passionnée de danse et de flamenco cette danse à la beauté sensuelle. Ils vont connaître l’exil, les bombardements, les déchirures d’une guerre civile. Mercedes se dévoue pour accompagner des enfants réfugiés en Angleterre et elle y fera sa vie, seule survivante de sa famille. Dans un style sobre et classique, une belle lecture pour faire mémoire de cette guerre civile qui ne doit pas être oubliée.

 

SEPTEMBRE 2014

Romans

BEIGBEDER – Oona & Salinger

BOSC Adrien – Constellation

CARRÈRE Emmanuel – Le Royaume

DUPONT-MONOD Clara – Le roi disait que j’étais diable

FINKELSTEIN Frederika Amalia – L’oubli

FOENKINOS David – Charlotte

JONCOUR Serge – L’écrivain national

MURAKAMI Haruki – L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage

D’ORMESSON Jean – Comme un chant d’espérance

VALLEJO François – Fleur et sang

WOOD Benjamin – Le complexe d’ Eden Bellwether

Biographie

BONA Dominique – Je suis fou de toi

Roman policier

COMMÈRE Hervé – Imagine le reste

JUIN 2014

Romans

BOYDEN Joseph – Le grand cercle du monde

BRASEY Edouard – La sirène d’Ouessant

DIDIERLAURENT Jean-Paul – Le liseur du 6h27

GLAVANY Jean – La mer est toujours ronde

HALTER Marek Khadija – Les femmes de l’Islam- T. 1

HISLOP Victoria – Une dernière danse

KEANE Molly – Chasse au trésor

MAJDALANI Charif – Le dernier seigneur de Marsad

MOORE Edward -Les Suprêmes

Récits

SHALMANI Abnousse – Khomeiny, Sade et moi

FIENNES William – Les oies des neiges

Roman historique

HARRIS Robert – D.

Essai

EL MAKKI Laura – Un été avec Proust

 

JUIN 2014

Romans

BOYDEN Joseph – Le grand cercle du monde

BRASEY Edouard – La sirène d’Ouessant

DIDIERLAURENT Jean-Paul -Le liseur du 6h27

GLAVANY Jean – La mer est toujours ronde

HALTER Marek Khadija , Les femmes de l’Islam- T. 1

HISLOP Victoria – Une dernière danse

KEANE Molly Chasse au trésor

MAJDALANI Charif – Le dernier seigneur de Marsad

MOORE Edward -Les Suprêmes

Récits:

SHALMANI Abnousse – Khomeiny, Sade et moi

FIENNES William – Les oies des neiges

 

Roman historique:

HARRIS Robert – D.

Essai:

EL MAKKI Laura – Un été avec Proust

 

 

LE COLLIER ROUGE

JEAN-CHRISTOPHE RUFIN

images

Jean-Christophe Rufin célèbre à sa manière le centenaire de 14-18 avec son dernier roman, « Le collier rouge ». Dans une sous-préfecture du Berry, en l’été 1919, un chien ne cesse d’aboyer en direction de la prison militaire où est enfermé le soldat Morlac, son maître, un jeune paysan qui a fait la guerre dans l’armée d’Orient et qui est rentré décoré de la Légion d’Honneur.

Le juge militaire, Hughes Lantier du Grez, qui doit le juger, veut comprendre pourquoi Morlac refuse de s’excuser et fait presque tout pour être condamné et il est intrigué par « Guillaume » ce chien fidèle, couturé de cicatrices, qui a accompagné son maître jusque sur le front de l’armée d’Orient. Peu à peu le juge cernera la personnalité de ce prisonnier hors du commun et ce n’est qu’à la fin du livre que nous découvrirons, après un suspense habilement entretenu, la raison de l’emprisonnement de Morlac et le rôle réel du chien.

Les personnages sont attachants et la fidélité aveugle du chien émouvante. Un roman passionnant à découvrir sans tarder et qui confirme, mais est-ce bien nécessaire, tout le talent de Jean-Christophe Rufin.

OPÉRATION SWEET TOOTH

IAN Mc EWAN

operation sweet tooth

« Nous ne leur disons pas ce qu’ils doivent penser. Nous leur donnons les moyens d’écrire. Nous faisons le maximum pour que leurs idées obtiennent la plus large audience possible. »
« Ils », ce sont les écrivains que le MI5, les services secrets britanniques, cherchent à manipuler afin qu’ils véhiculent des idées « politiquement correctes » plutôt que des thèses communistes. Et c’est à Serena Frome, nouvel agent passionnée de littérature, qu’est confiée la mission d’approcher Tom Haley, un jeune auteur prometteur.

En ce début des années soixante-dix, l’IRA est devenu le problème n°1 des Anglais, la guerre froide bat son plein et les espions britanniques sont démasqués les uns après les autres. L’infiltration de Serena en territoire littéraire, baptisée Opération Sweet Tooth, prendra une drôle de tournure. Comment, en effet, le MI5 aurait-il pu prévoir qu’il se heurterait à un obstacle majeur : l’amour ?

À partir de faits réels, Ian McEwan a construit habilement un récit d’espionnage totalement original, où il s’avère qu’espions et romanciers ont en commun leur capacité à manipuler la réalité et à créer l’illusion.

Avec un humour tout britannique, Ian McEwan nous entraîne pour notre plus grand plaisir dans un jeu de dupes, tout en posant la question du rôle de l’écrivain dans la société.

Un livre qui ne peut que ravir les amateurs de littérature.

ESPRIT D’HIVER

LAURA KASISCHKE

esprit-d-hiver,M119310

 

Un terrible blizzard se répand ce matin de Noël dans le Michigan. Les invités se décommandent… Le père se retrouve bloqué sur la route par la neige. La mère, Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana. Celle-ci a été adoptée en Sibérie par ses parents dans un orphelinat où les enfants ne semblent pas tous en bonne santé… C’est une enfant désirée, aimée et choyée, mais son caractère change au fil du temps. Peu à peu va se révéler entre la mère et la fille, un jeu asphyxiant, tant le comportement de l’adolescente devient inexplicable et contrariant. Est-ce l’adolescence ou un état mental inquiétant ? Et ces traces bleues sur le visage ?
Et cette phrase qui revient souvent à l’esprit de la mère comme une obsession « quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux ».
On note au cours de ce roman le contraste entre la douceur apparente de la maison, accentuée par toute cette neige environnante, cette maison où tout est bien à sa place… et la tension qui monte entre la mère et la fille.
Ce roman se lit comme un thriller inquiétant tant la construction est affûtée, ainsi que la montée de l’angoisse qui confine à la folie…jusqu’au dénouement… C’est un roman puissant et, malgré l’angoisse, ou à cause d’elle, on ne le lâche pas, attirés nous aussi dans la spirale de l’histoire.

LE CHARDONNERET

DONNA TARTT

Lechardonneret

La vie de Théo, jeune new-yorkais de 13 ans, bascule le jour où une explosion ravage le musée dans lequel il se trouve en compagnie de sa mère. Il n’a que le temps de ramasser le tableau qu’ils admiraient quelques minutes auparavant et de s’extraire des décombres avant que ne retentisse une seconde explosion. Le Chardonneret est réellement l’un des rares tableaux du peintre Fabritius à n’avoir pas été détruit en 1654 dans l’explosion de la poudrière de Delft. Fabritius, élève de Rembrandt, figurait parmi la centaine de victimes.

Théo, victime de stress post-traumatique, mène ensuite une existence dissolue entre New York, Las Vegas et Amsterdam, naviguant entre le milieu de la drogue et le marché de l’art. Son seul point de repère dans l’existence est ce tableau auquel sa vie est désormais liée et qui montre un chardonneret enchaîné à son perchoir, incarnation du destin.

Ce roman passionnant de 800 pages, riche en drames et en rebondissements aussi bien qu’en interrogations sur le bien et le mal et sur le sens de la vie, nous invite à une plongée vertigineuse dans le chagrin et dans la peur. Avec son écriture parfaitement maîtrisée, Donna Tartt nous tient en haleine jusqu’au dénouement.

Ceux qui ont aimé Le Maître des Illusions dévoreront d’une traite ce 3e roman auquel l’américaine Donna Tartt a consacré dix ans de sa vie et qui vient de recevoir le prestigieux prix Pulitzer.