Tous les articles par biblio

Ne m’appelle pas Capitaine

 

Haïti, Port-au-Prince. Deux quartiers que tout oppose : Montagne noire et son ghetto de riches blancs où les « bruns-pêche » sont tout juste tolérés ; et Morne dédé, quartier pauvre et déshérité.
Quand on habite le premier et qu’on est une femme, il faut un minimum de non-conformisme pour décider de faire des études. C’est ce qu’a fait Aude, apprentie journaliste.
« Enquêter sur des faits, des dates, dans un milieu inconnu » est le sujet de l’article qu’elle doit rédiger. Conseillée par son oncle, non conformiste de la génération précédente, elle choisit d’aller interviewer   Capitaine. Celui-ci habite le Morne dédé, là où une femme blanche dans une voiture neuve est d’emblée remarquée, surtout lorsqu’elle s’adresse à eux maladroitement. Pour la première fois, en effet, ces étrangers que Aude côtoie ne sont pas ses domestiques mais ses égaux.
Capitaine, vieil homme ayant vécu dans ce quartier sous la dictature des Duvalier et maître en arts martiaux, avait rêvé de transformer sa maison en un lieu d’apprentissage pour que revive ce lieu déshérité. Il ne vit plus que dans le ressassement du passé.
Chacun poursuit un temps son monologue, puis leurs voix vont se rejoindre et Aude va s’ouvrir à ces « autres » en même temps qu’elle se découvre elle-même.
Dans une écriture qui alterne les styles de narration en fonction des personnages, Lyonel Trouillot nous offre un récit humaniste, vivant et plein d’espoir.

Nuit de la lecture

Cette année, notre bibliothèque participera pour la première fois à un événement national lancé par le ministère de la Culture, la Nuit de la lecture.

Pour cette occasion, nous disposerons des deux salles de la Maison des Associations (105 Avenue  St-Exupéry, ex-Poste) où nous organiserons, le samedi 19 janvier à partir de 18h , diverses animations pour grands et petits : lecture de textes courts (nouvelles, poèmes, contes, aphorismes, chansons), jeux littéraires (quizz, cadavre exquis), etc.

La Compagnie La Danse des Mots interviendra à 18h et à 19h avec deux courts spectacles conçus autour de textes d’auteurs classiques.

Tous nos lecteurs, quelque soit leur âge, sont invités à apporter leurs textes préférés et à en faire, eux aussi, lecture à haute voix.

Enfin, notre bibliothèque sera ouverte tout au long de cette soirée exceptionnelle.

DECEMBRE 2018

 ROMANS 

BOLTANSKI CHRISTOPHE – Le guetteur
EGAN Jennifer –
Manhattan Beach
MANTEAU Valérie –
Le sillon
OATES Joyce Carol   –   L’homme sans ombre
TAILLANDIER Fanny   –    Par les écrans du monde

 

  RECITS, DOCUMENTAIRES ou ESSAIS  

LAMBERTERIE Olivia   –    Avec toutes mes sympathies
MASSINI Stefano    –    Les frères Lehmann
OBAMA Michelle   –     Deveni
BADINTER Robert   –     Idiss
PAULIN Frédéric  –      La guerre est une ruse
PERROT Michelle   –    George SAND à Nohant

 

 ROMANS GRAPHIQUES

 SATTOUF Riad    –       L’Arabe du futur (  t.4 )

 POLICIERS ou THRILLERS 

 CARRISI Donato    –     L’égarée
DEARMAN Lara     –      L’île au ciel noir
MUSSO Valentin    –       Dernier été pour Lisa
NIEL Colin      –      Sur le ciel effondré
XIALONG Qiu    –     Chine retient ton souffle

 

 

 

 

 

SELECTION 2019 DU PRIX DES LECTEURS D’ANTONY

La sélection du Prix des Lecteurs d’Antony a été dévoilée ce samedi 1er décembre à la médiathèque Anne Fontaine.
10 titres sont en lice cette année, sans distinction de catégories – contrairement aux années précédentes. Une sélection variée, destinée principalement à vous faire découvrir de nouveaux auteurs et des textes coups de cœur.

Une discussion autour d’un brunch – une « promenade gourmande » – aura lieu le 6 avril à 10h30 à Anne Fontaine, le vote aura lieu du 13 avril au 24 mai (sur place ou par internet) et la proclamation des résultats aura lieu le 25 mai à 10h 30 à Anne Fontaine.
La rencontre avec des auteurs de la sélection aura lieu au printemps, à une date non encore fixée.

Là où les chiens aboient par la queue, d’Estelle Sarah-Bulle. Éd. Liana Levi.
Tenir jusqu’à l’aube, de Carole Fives. Éditions Gallimard.
Grand frère, de Mahir Guven. Éditions Philippe Rey.
La péninsule aux 24 saisons, de Mayumi Inaba. Éditions Philippe Picquier
Les frères Lehman, de Stefano Massini. Éditions Globe.
Le roi chocolat, de Thierry Montoriol. Éditions Gaïa.
Double fond, d’Elsa Rosario. Éditions Métaillé.
Mamie Luger, de Benoît Philippon. Éditions des Arènes.
Taqawan, d’Eric Plamondon. Éditions Quidam.
My Absolute Darling, de Gabriel Tallent. Éditions Gallmeister

 

Sélection 2019 du prix Livrentête

Comme chaque année, des bibliothécaires de notre association interviennent dans l’école maternelle et primaire La Fontaine pour faire participer les élèves au prix Livrentête.
Cette année, tous les enseignants se sont mobilisés ! Toutes les classes sont donc appelées à choisir, dans la liste ci-dessous, leurs ouvrages préférés.

 

 

 

 

 

 

J’ai couru vers le Nil

Dernier roman de cet écrivain égyptien, il  nous transporte en 2011 à l’époque de la Révolution sur la place Tahir.

Ce roman choral est une véritable plongée dans la société égyptienne.Poids de la religion dans la vie politique et sociale, importance de la corruption, manipulation de l’opinion…A travers les actions et les destins d’une galerie de personnages nous vivons les espoirs puis assistons à la violence des répressions. Emouvant, bouleversant, ce livre terrible a été interdit en Egypte.  A lire de toute urgence.

LES FRERES LEHMAN

L’histoire, sur quatre générations, d’une fratrie de juifs allemands, arrivés aux États-Unis à la fin du 19e siècle et fondateurs de la fameuse banque Lehman Brothers. Celle-là même qui fit faillite et fut à l’origine de la crise mondiale de 2008.

Histoire familiale, histoire du capitalisme américain, peinture du judaïsme libéral américain. Ce pavé de 800 pages se lit facilement grâce à la forme d’écriture utilisée et à l’humour permanent.

OCTOBRE 2018

ROMANS    

 EL ASWANY Alaa                   J’ai couru vers le Nil

 DIOP David                                 Frère d’âme 

 GAUDE Laurent                        Salina. Les trois exils

 JONCOUR Serge                       Chien-loup

 MADJIDI Maryam                    Marx et la poupée

 MATHIEU Nicolas                    Leurs enfants après eux

 SAVIANO Roberto                   Piranhas

 SEKSIK Laurent                         Un fils obéissant

 TROUILLOT  lyonel                  Ne m’appelle pas capitaine

 RECITS, DOCUMENTAIRES ou ESSAIS

 BIRKIN Jane                                  Munkey diaries

 LANCON Philippe                     Le lambeau 

ROMANS GRAPHIQUES

 SATTOUF Riad                        L’Arabe du futur (  t.1 et t.2 )

 ZEP                                                 The end

POLICIERS ou THRILLERS 

 MANOOK Ian                            Heimaey

 PEREZ-REVERTE Arturo       Falcô

 

LE ROI CHOCOLAT

Le roi chocolat est l’inventeur du BANANIA qui a régalé des générations d’enfants. Quoique tout soit vrai dans cette histoire, ne vous attendez pas à une biographie : c’est un vrai roman.
En 1910 Victor, un journaliste, est envoyé en reportage en Argentine pour couvrir l’événement qu’est l’inauguration du « teatro colon » à Buenos aires. Son voyage de retour va être mouvementé puisqu’il va être obligé de séjourner chez les derniers aztèques survivants. C’est là qu’ il va découvrir la boisson du Dieu Quetzalcóatl.
Manipulé par des trafiquants d’armes, il va ensuite se retrouver au milieu de la révolution mexicaine dont il ne pourra s’échapper que grâce à un des premiers aéroplanes.

De retour en France il réussit à reconstituer la boisson aztèque et abandonne le journalisme. 1914 arrive. Sa petite usine de fabrication de choco/banane marche bien. Il obtient de pouvoir transporter son produit jusqu’aux lignes de front et il arrive dans les tranchées des tirailleurs sénégalais ……

Ecrit dans un style qui fait penser aux romans du XIX siècle, au-delà de l’histoire rocambolesque de cet inventeur, c’est une peinture du début du XX siècle que nous dresse avec talent l’auteur. Précipitez-vous !