Tous les articles par biblio

LE CRIME DU COMTE NEVILLE

Crime du comte Neville

Le point de départ de ce roman est le même que celui du livre d’Oscar Wilde, Le Crime de Lord Arthur Savile : une voyante annonce au comte Neville qu’il va commettre un crime lors de garden-party qu’il va bientôt donner dans son château. Ce sera la dernière : le comte, ruiné, doit vendre le château familial. « Mais qui vais-je bien pouvoir tuer ? » se demande-t-il ?

 Sous la forme d’un conte d’une centaine de pages, Amélie Nothomb se livre à une joyeuse satire de l’aristocratie belge, capable de laisser ses enfants mourir de faim par manque d’argent mais d’offrir au voisinage de fastueuses réceptions.
Mais c’est aussi une parodie mordante de la crise d’adolescence. Avec sa verve, son humour et sa fantaisie, Amélie Nothomb nous dépeint le piège dans lequel tombe le comte, père d’une adolescente peu ordinaire. Réussira-t-il à s’en sortir ?

Un grand cru dans l’œuvre d’Amélie Nothomb : son écriture précise, concise, sied à merveille à cette longue nouvelle dont la chute est, comme il se doit, inattendue. Et un livre à offrir aux adolescents, comme un miroir grossissant d’eux-mêmes.

NOS PROCHAINS RENDEZ-VOUS

Depuis le début de l’année 2015, la Bibliothèque Pour Tous a enregistré un grand nombre de nouveaux inscrits, en particulier d’enfants. C’est donc accompagnée de la confiance des habitants du quartier que la bibliothèque vous propose de nouveaux rendez-vous.

 • Comme tous les ans nous participerons, avec l’association de quartier Vivre à La Fontaine Saint-Ex, à la Fête de l’automne. Celle-ci aura lieu le SAMEDI 14 NOVEMBRE. Une braderie de livres sera organisée et des ateliers-jeux seront proposés aux enfants tout au long de cette journée portes ouvertes.
• Le prochain café littéraire, au cours duquel nous présenterons à nos lecteurs les dernières nouveautés, aura lieu le LUNDI 30 NOVEMBRE à 14 heures.
• Nous préparons d’ores et déjà, en collaboration avec les médiathèques de la ville, la sélection des ouvrages pour le Prix 2016 des lecteurs d’Antony. La sélection sera présentée au public le SAMEDI 5 DÉCEMBRE par la médiathèque Anne Fontaine, la médiathèque Arthur Rimbaud et la Bibliothèque Pour Tous.

La fin du monde

2084 la Fin du Monde

 

Boualem SANSAL, écrivain algérien de langue française, habite l’Algérie bien que ses écrits y soient censurés en raison de sa critique du régime. Il est connu des lecteurs français essentiellement depuis la parution en 2008 du prix RTL-LIRE qu’a reçu son roman Le village de l’allemand.

 Avec 2084, il commet un conte philosophique digne de ses illustres prédécesseurs et qui lui vaudra certainement bien des inimitiés. 2084 est une référence à 1984, le roman de George Orwell. C’est le début d’un monde totalitaire régi par le religieux. Nous sommes en Abistang où l’on parle l’abilang, noms découlant d’Abi, celui qui a été choisi par Yölah pour gouverner le peuple des croyants. Il est assisté par la Juste Fraternité, association de quarante dignitaires choisis parmi les croyants les plus sûrs. Leur livre saint est le Gkabul. La vie est organisée autour de la prière et des pèlerinages. « A Yölah nous appartenons, à Abi son délégué nous obéissons » est le mantra qui régit la vie des habitants.

 Nous suivons le héros Ati, nous l’accompagnons dans son questionnement puis dans sa révolte contre ce monde sans vie et sans foi.

 La lecture de ce roman n’est pas facile car toute la première partie est une description méticuleuse de cette société, qui nous endort comme elle le fait pour ses habitants. Le lecteur est récompensé de sa ténacité quand arrive le nœud de ce roman, la résistance, les questions qui agitent les hommes depuis toujours, questions sur l’éternité, la soumission , la liberté, la foi.

 Il est récompensé, le lecteur, par cette leçon d’espoir qu’est le parcours d’Ati : le doute, la révolte puis l’espoir, lequel engendre la vie.
Un magnifique roman d’actualité éternelle.

D’après une histoire vraie

index

Après le succès de son dernier roman « Rien ne s’oppose à la nuit », roman autobiographique qui évoquait le suicide de sa mère bipolaire et qui avait ému des milliers de lecteurs, comment revenir à la fiction ? Delphine de Vigan avoue d’emblée avoir été confrontée à l’angoisse de la page blanche. La rencontre d’une femme, L, son double, va l’entraîner dans une relation de plus en plus possessive qui la mettra en péril. Elle retrouvera le goût d’écrire mais à quel prix ?

Ce thriller psychologique parle de manipulation tout en évoquant la fascination grandissante de l’édition pour les histoires inspirées de « faits réels ». Le huis clos créé par la relation exclusive avec L, nègre littéraire, mêle avec maestria le vrai et le faux. Delphine de Vigan se met en scène dans ce roman qui interroge les rapports de la fiction et du réel n’hésitant pas à citer les noms de ses enfants et de son compagnon. S’inspirant de Stephen King (Misery) elle nous livre là un récit troublant et angoissant qui oscille entre fiction et réalité … un roman envoûtant.

Delphine de Vigan est aussi l’auteur de No et moi (Prix des libraires 2008 et adapté au cinéma par Zabou Breitman), des Heures souterraines en 2009, adapté pour Arte par Philippe Harel et de Rien ne s’oppose à la nuit en 2012, prix Fnac, Grand Prix des lectrices de Elle et Prix Renaudot des lycéens. Ses livres sont traduits dans le monde entier.

L’exercice de la médecine

Seksik

Dans son dernier roman, Laurent SEKSIK nous fait traverser le 20ème siècle et ses tragédies.
Ce récit démarre en 2015 à Paris, Léna est cancérologue, elle est issue d’une lignée de médecins juifs originaires de Russie.
Depuis le début du siècle, tous ont connus un destin tragique.
Pavel, l’arrière grand-père victime des pogroms de la Russie tsariste, Mendel, le grand-père qui a fait ses études en Allemagne et devra s’exiler pour fuir l’antisémitisme des années 30 à Berlin…Léna est marquée par ce passé.
L’auteur, lui-même médecin, fait habilement alterner les époques et croiser l’intime et l’Histoire. Fin connaisseur du monde médical, il expose les faits, dissèque les émotions.
Un beau livre sombre et poignant qu’on ne lâche pas.

LA BIBLIOTHEQUE REPREND SES ACTIVITÉS

Stand forum des Assoc
Le stand de notre bibliothèque au Forum des associations.

Le Forum des associations du dimanche 6 septembre a constitué le coup d’envoi de la rentrée associative. Le stand de la Bibliothèque Pour Tous a reçu de nombreux visiteurs à la recherche d’informations, d’un stage ou d’un organisme auquel faire un don de livres.
Nos activités reprennent donc. Notre stock d’ouvrages pour la jeunesse s’est enrichi des livres qui appartenaient au Bibliobus, et une cinquantaine de DVD pour enfants sont en cours d’enregistrement.
Mais l’Heure du conte, dont l’activité a été perturbée l’année dernière par la réforme des rythmes scolaires, ne pourra se poursuivre le mercredi à 15 h que si le nombre d’inscrits est suffisant.
Si vous avez des enfants en maternelle ou en primaire, parlez-en autour de vous. L’objectif de cet atelier est donner le goût de la lecture aux enfants, et de l’entretenir.

SEPTEMBRE 2015

ROMANS

ANGOT Christine  –  Un amour impossible

BINET Laurent  –   La septième fonction du langage

CHALANDON Sorj   –  Profession du père

CHAMBAZ Bernard  –   Vladimir Vladimirovitch

HARRISON Jim  –   Péchés capitaux

HIRSH Mikaël  –  Libertalia

KADDOUR Hédi  –   Les prépondérants

KHADRA Yasmina La dernière nuit du Raïs

MABANCKOU Alain  –  Petit Piment

MEUR Diane  –   La carte des Mendelssohn

MORRISON Toni  –   Délivrances

NOTHOMB Amélie  –   Le crime du comte Neville

PIGANI Paola  – Venus d’ailleurs

VIGAN Delphine de  –   D’après une histoire vraie

SANSAL Boualem   –  2084 La fin du monde

SEKSIK Laurent  –   L’exercice de la médecine

ROMANS POLICIERS

DOKMAK Boris  –   Les Amazoniques

ELLORY R.J.   –  Les assassins

LAGERCRANTZ David  –   Millénium 4

ELSBERG Marc  – Black out, demain il sera trop tard

BIOGRAPHIE

WILLIAMS Kate  –   Joséphine, désir et ambition

 

 

 

L’Histoire épatante de M.Fikry et autes trésors

51JgmdQUHbL._SY344_BO1,204,203,200_

Vous aimez les livres ? Poussez sans tarder la porte de la librairie d’Alice sur cette petite île du Massachusetts tenue par un certain A.J. Fikry, libraire bougon, grand amoureux de littérature.

Le métier de libraire peut réserver bien des surprises et des joies. A.J. Fikry va faire une découverte qui bouleversera sa vie : une petite Maya abandonnée ou plutôt confiée à ses soins par sa mère qui souhaite la voir grandir au milieu des livres. Voilà qui n’est pas banal. Le suicide de la maman incite le libraire à adopter la petite fille. Les péripéties seront nombreuses et il trouvera même l’amour qui le consolera de la mort de son épouse mais, chut ….. laissez-vous d’abord entraîner dans cette histoire bien amenée avec des héros attachants, beaucoup d’émotion et d’amour. Nous suivons les personnages sur plusieurs années avec des rebondissements inattendus. Les références littéraires sont nombreuses, allant de Du côté de chez Swann à Golum dans Le Seigneur des Anneaux. Entre les séances de dédicaces et le club de lecture on ne peut s’ennuyer.

Chaque chapitre apporte une petite leçon de vie, voilà un livre qui fait du bien, poussez sans tarder la porte de cette librairie pas comme les autres.

CHECK – POINT

index

Dans son dernier roman, « Check-Point », Jean-Christophe Rufin, fort de son expérience de French Doctor de L’Humanitaire, nous fait traverser la Bosnie en état de conflit à la suite d’un modeste convoi humanitaire. Deux camions fatigués, deux hommes, une femme. Quatre personnages qui poursuivent chacun leur but qui n’est pas seulement l’aide à apporter à ceux qui souffrent. Ils vont traverser les ruines, les charniers, les check-points qui sont l’expression du chaos qui règne dans ces pays en guerre civile. La tension monte dans l’espace restreint des cabines des camions et peu à peu le but du voyage change. Ce huis-clos révèlera leur vraie nature et les contraindra à franchir leurs propres check-points, à faire les choix essentiels à leur survie.

Construit comme un thriller psychologique, ce roman d’aventure plein de péripéties nous révèle les limites et les dilemmes de l’action humanitaire : donner une couverture … ou un fusil ?

Jean-Christophe Rufin, dans le style limpide qui lui est propre, nous éclaire sur un conflit proche de nous et qui a déchiré d’Europe. Dans une postface très intéressante, sans faire de prosélytisme et loin des idées reçues, il nous amène, dans le contexte actuel des conflits mondiaux, à nous interroger sur le but de l’action humanitaire de nos jours.

SOUDAIN SEULS

url

Louise et Ludovic, un couple de trentenaires, décident, afin de rompre avec le quotidien, de partir à l’aventure, faire le tour du monde en voilier. Le couple échoue sur une île déserte entre la Patagonie et le Cap Horn. Comment survivre? Seuls dans une nature hostile, avec pour seuls compagnons: manchots et otaries, les péripéties sont multiples, la confrontation à la nature est rude.

La célèbre navigatrice nous entraîne avec beaucoup de talent dans cette aventure qui vire au cauchemar, évoquant avec brio la beauté de cette région du bout du monde, traduisant avec justesse les sentiments de ses personnages, l’évolution des caractères, nous conduisant également à une réflexion sur le couple.

Dans la deuxième partie du livre, le retour à la vie normale s’avère aussi difficile à affronter et révèle le véritable enjeu de la « confrontation primitive avec la vie, celle qui pousse à agir au-delà de tout code et de toute règle. »

Un roman captivant que vous ne lâcherez pas.